[stock-market-ticker symbols=" ^SPX;^DJI;CL;COMMODITIES:GC;COMMODITIES:SI;CRYPTO:BTC;BONDS:US10YBY;^VIX;^FTSE100" stockExchange="NYSENasdaq" width="100%" palette="financial-light"]

Comment récupérer les 724 millions d’euros de taxe d’habitation réclamés en trop par le fisc ?

En 2023, le fisc français a réclamé 724 millions d’euros de taxe d’habitation en trop aux contribuables, un montant bien supérieur aux 312 millions d’euros de trop-perçu en 2022. Si vous êtes concerné, vous vous pouvez réclamer ces sommes.

Les erreurs commises par le fisc concernant la taxe d’habitation ont plus que doublé en 2023, atteignant un montant impressionnant de 724 millions d’euros. Cette somme considérable représente des prélèvements injustifiés effectués sur la taxe d’habitation des résidences secondaires. De nombreux contribuables sont concernés, et les montants récupérables peuvent être substantiels.

Cependant, ce chiffre peut encore évoluer, car les propriétaires ont la possibilité de faire des recours auprès de l’administration fiscale jusqu’à la fin de l’année. Ces recours permettront aux contribuables de récupérer les montants indûment prélevés.

Les causes de ces erreurs

Une des principales causes de ces erreurs est la suppression progressive de la taxe d’habitation sur les résidences principales. Cette réforme a créé une grande confusion, car bien que la taxe ait été supprimée pour les résidences principales, elle reste en vigueur pour les résidences secondaires et les logements vacants. En France, on compte environ 3,6 millions de résidences secondaires, un record mondial qui complique la tâche de l’administration fiscale.

Lire aussi : Taxe foncière 2024, découvrez l’augmentation prévue dans votre ville

La mise en œuvre de cette nouvelle mesure a conduit à des erreurs significatives, comme des taxes d’habitation envoyées à des enfants mineurs ou même pour des balcons, a rapporté LeFigaro.

Le lancement du dispositif “Gérer mes biens immobiliers” a également amplifié les erreurs massives observées. Ce dispositif oblige les propriétaires à déclarer leurs biens immobiliers en ligne. Cependant, la complexité et la nouveauté de cette démarche ont provoqué de nombreuses erreurs de déclaration. La date limite initiale pour ces déclarations, fixée au 30 juin, a dû être repoussée au 10 août. Cette mesure a été mise en place afin de permettre aux contribuables de se conformer correctement à cette obligation. Malgré cette prolongation, les erreurs n’ont pas été évitées.

Déposer un recours

Face à ces erreurs, il est crucial pour les propriétaires concernés de vérifier attentivement leur avis de taxe d’habitation et de déposer un recours si nécessaire. Bien que la procédure puisse paraître fastidieuse, elle permet de récupérer les montants indûment réclamés. En agissant rapidement et en suivant les démarches indiquées par la DGFIP, les contribuables peuvent espérer récupérer leurs fonds.

À lire aussi :

PARTAGER

Abonnez-vous
à notre Newsletter