[stock-market-ticker symbols=" ^SPX;^DJI;CL;COMMODITIES:GC;COMMODITIES:SI;CRYPTO:BTC;BONDS:US10YBY;^VIX;^FTSE100" stockExchange="NYSENasdaq" width="100%" palette="financial-light"]

GSK sous pression, verdict défavorable dans le dossier Zantac

Lundi, GSK a enregistré la plus forte baisse à la Bourse de Londres et au sein de l’indice Stoxx 600 des principales valeurs européennes, avec une chute de plus de 9 %.

Rebondissement dans l’affaire Zantac, le médicament pour les brûlures d’estomac accusé par des plaignants américains d’être à l’origine de leur cancer. La dégringolade de l’action GSK résulte d’un verdict défavorable rendu dans l’État du Delaware aux États-Unis concernant le Zantac. Le médicament a été retiré du marché américain en 2020.

Le Zantac avait été commercialisé successivement par plusieurs grands laboratoires, dont Sanofi, GSK et Pfizer, d’abord sur ordonnance puis en vente libre, avant son retrait décidé par les autorités sanitaires américaines.

Lire aussi : Biogaran : La vente du N°1 français des médicaments génériques suscite l’inquiétude  

Des milliers de plaintes

Des milliers de plaintes ont été déposées contre le Zantac, accusé d’être cancérigène. Cependant, en décembre 2022, un tribunal de Floride avait conclu que les preuves scientifiques disponibles ne permettaient pas d’établir un lien entre le Zantac et les maladies avancées par les plaignants. En avril, Sanofi a annoncé avoir conclu un accord de principe aux États-Unis pour mettre fin à certains litiges liés au Zantac, couvrant près de 4 000 plaintes, à l’exception des actions en justice dans l’État du Delaware.

C’est de l’État du Delaware que provient la mauvaise nouvelle. Le litige y est encore à un stade précoce et la décision du juge porte uniquement sur la question de savoir si la méthodologie utilisée par les experts des plaignants est suffisamment fiable pour leur permettre de présenter leurs preuves au procès, explique le cabinet d’analystes Oddo BHF ce matin. “Cette décision ne signifie donc pas que le tribunal approuve les conclusions scientifiques des experts des plaignants et ne détermine pas la responsabilité éventuelle de l’industrie pharmaceutique.” Le bureau de recherche qualifie néanmoins cette décision de surprenante.

L’impact financier pourrait s’élever à 2 milliards de dollars

Pour la suite, GSK va faire appel. Si l’appel est accepté, il faudra environ 8 à 10 mois pour qu’une décision soit rendue, selon le calendrier défini par la Cour, précise Oddo BHF.

Les calendriers de procès restants dans d’autres juridictions, comme la Californie et l’Illinois, ne sont pas affectés par cette décision du Delaware. En ce qui concerne l’impact financier, “avant la décision du tribunal du Delaware, environ 75 000 personnes avaient porté plainte contre GSK dans cet État sur un total de 80 000 plaignants, dont 3 500 en Californie,” indique le cabinet d’analystes. Dans l’hypothèse théorique où GSK devrait indemniser tous les plaignants à hauteur de 25 000 dollars chacun, cela représenterait un débours de 2 milliards de dollars.

À lire aussi :

PARTAGER

Abonnez-vous
à notre Newsletter