[stock-market-ticker symbols=" ^SPX;^DJI;CL;COMMODITIES:GC;COMMODITIES:SI;CRYPTO:BTC;BONDS:US10YBY;^VIX;^FTSE100" stockExchange="NYSENasdaq" width="100%" palette="financial-light"]

La holding du plus jeune milliardaire français en liquidation judiciaire

Indexia, maison de mère de la société Hubside, fondée par Sadri Fegaier, a été placée en liquidation judiciaire le 22 mai 2024 par le tribunal de commerce de Paris. Cette décision marque la chute d’un empire bâti sur des pratiques commerciales controversées et des stratégies financières douteuses.

Sadri Fegaier, plus jeune milliardaire de France

Sadri Fegaier, souvent présenté comme le plus jeune milliardaire français, avait construit un empire dans le secteur des assurances et des services multimédias. Hubside, spécialisée dans la vente et le reconditionnement d’appareils électroniques, faisait partie des entreprises clés de ce groupe. Cependant, le groupe Indexia, a été régulièrement critiqué pour ses pratiques commerciales trompeuses, notamment des prélèvements indus et des contrats renouvelés sans le consentement des clients​.

« Génie » ou « Escroc » ?

Issu d’une famille modeste avec un père camionneur et une mère employée de maison, et ayant grandi dans une cité de Romans-sur-Isère, Sadri Fegaier a su transformer un simple BTS en une fortune. À son apogée en 2018, sa fortune a été estimée à 1,7 milliard d’euros, ce qui lui a valu d’intégrer le classement des 500 plus grandes fortunes en France du magazine Challenges.

En 2018, le groupe Indexia est même devenu le deuxième actionnaire de Fnac-Darty.

Les ennuis judiciaires de Sadri Fegaier et de ses entreprises ont commencé à s’accumuler en 2019, avec une première amende transactionnelle de 10 millions d’euros pour des pratiques commerciales trompeuses. En 2023, la DGCCRF a ouvert une nouvelle enquête qui a mené à des accusations plus graves et à une interdiction de commercialiser des contrats d’assurance. Malgré ces avertissements, les plaintes de consommateurs ont continué à affluer, aggravant la situation financière du groupe​.

La liquidation judiciaire a été précipitée par des arriérés de salaires et une gestion financière chaotique, avec des accusations de prélèvements abusifs et de non-respect des obligations contractuelles envers les employés et les clients. Les anciens salariés et partenaires ont décrit une culture d’entreprise toxique et des pratiques managériales agressives, accentuant le déclin rapide de l’entreprise​.

Cette situation laisse de nombreux clients et employés dans l’incertitude quant à l’issue de leurs réclamations et à la possibilité de récupérer leurs fonds. Le procès de Sadri Fegaier pour pratiques commerciales trompeuses est prévu pour septembre 2024, où il encourt jusqu’à deux ans de prison et une interdiction de gérer une société​.

À lire aussi :

PARTAGER

Abonnez-vous
à notre Newsletter